Visiteur anonyme [Me connecter]
Accueil nosoiseaux.ch
Nos Oiseaux
 - 
Présentation
 - 
Adhésion
 - 
Contacts
 - 
Fonds
 - 
Bibilothèque
 - 
Revue
 - 
Groupe des Jeunes (GdJ)
 
- Suivez-nous sur Facebook!
Centrale ornithologique romande
 - 
Centrale ornithologique romande
 - 
Chroniques ornithologiques romandes
Actualités
 - 
Les dernières nouvelles
 - 
Livres en promotion
 - 
Jardins Nos Oiseaux
Activités
 - 
Agenda des oiseaux
 - 
Protection et suivi
 - 
Comptes-rendus
Boutique
 - 
Les produits
 - 
Mon panier
Pratique
Liens
Agenda des oiseaux
samedi 21 septembre 2019
Col de Bretolet VS

 

Le col de Bretolet est connu pour son important passage d'oiseaux migrateurs en automne. C'est l'occasion d'observer de nombreux rapaces, dont la Bondrée apivore, le Busard des roseaux ou encore le Balbuzard pêcheur, ainsi que de nombreux passereaux. Une surprise n'est pas non plus exclue ! Pour les intéressés, nous aurons également la possibilité de rendre visite à la station de baguage, sur le col.

Rendez-vous : à 8h au parking du Grand-Paradis à Champéry. La sortie se terminera en fin d'après-midi. 

Matériel : jumelles, éventuellement télescope, bonnes chaussures et un pique-nique.

Informations et inscriptions : Julia Wildi, juliawildi@bluewin.ch, 079 385 09 49. 

 

SCHEDULE_TEXT_POSTED_BY Bertrand Posse
 
samedi 5 octobre 2019
Mont Mourex (Grilly, Ain)

En plus d’offrir un superbe panorama sur le lac et les Alpes, le Mont Mourex est situé sur l’axe migratoire de la migration postnuptiale. Chaque automne, les rapaces, cigognes et autres voiliers survolent la petite colline du Mont Mourex avant de poursuivre leur route en direction du Fort l’Ecluse.

Nous nous rendrons donc sur place pour observer la migration des rapaces, en particulier Milan royal et Epervier d’Europe. Cette période de l’année est également le début du passage de la Buse variable, qui transite par dizaines. En cas de trop faible passage de rapaces, nous prospecterons le sommet de la colline à la recherche de passereaux, notamment l’Alouette lulu. Une petite surprise n’est cependant pas à exclure, comme un Faucon émerillon ou un Balbuzard pêcheur tardif !

Rendez-vous: sur le parking de la carrière de Mourex (au bout du chemin du Mont, Grilly, F01) à 10h30. Fin de la sortie dans l’après-midi.

Matériel: jumelles (télescope si possible), pique-nique et habits adaptés aux conditions météorologiques.

Informations et inscriptions: Alexandre Meisser, alexandre@viri.ch, 078 654 92 21.

SCHEDULE_TEXT_POSTED_BY Bertrand Posse
 
dimanche 6 octobre 2019
70e anniversaire du suivi de la migration à la Berra

Manifestation du Cercle ornithologique de Fribourg, dans le cadre des journées internationales de la migration.

Organisation : Michel Beaud

Les premières observations sur la migration automnale ont été effectuées à cet endroit par Jean Strahm, parfois accompagné de Henri Fragnière. En octobre 1949, ils y tendirent pour la première fois des filets et démontrèrent ainsi que l’endroit était très favorable au suivi de la migration. A ce jour, 128 espèces d’oiseaux y ont été dénombrées en période de migration, 82 ont été capturées et baguées. Afin de fêter l’événement, le COF invite les personnes intéressées à assister à la migration et au baguage des oiseaux. Nous espérons que les conditions météorologiques soient favorables à la migration. Il faut prévoir des habits chauds et étanches de même que de bons souliers et un pique-nique. A l’issue de l’excursion, le COF offrira aux participants le verre de l’amitié.

Rendez-vous : sur place dès 9 h 00. La cabane de baguage de La Berra se trouve à 1630 m, à 50 mètres de l’arrivée du télémixte. Nous nous trouverons à la table de baguage, à 150 mètres en contrebas de la cabane, direction Cousimbert. Un plan figurera sur notre site www.lecof.ch.

Accès à pied : depuis Les Botteys (45 min) ou Creu Rappo (1 h 15)

Renseignements : michelbeaud.mb@gmail.com

SCHEDULE_TEXT_POSTED_BY Bertrand Posse
 
mercredi 6 novembre 2019
Les Terres australes françaises

Conférence au Cercle ornithologique de Fribourg, par Wendy Strahm, à 20 h 15 à Marly, au Restaurant de la Gérine, route de la Gruyère 18.

Les Terres australes françaises regroupent les îles Kerguelen, l’archipel de Crozet et les îles Saint-Paul et Amsterdam. Elles sont parmi les endroits les plus isolés du monde, avec un climat très rude. Kerguelen, dont la grande île a la taille de la Corse, se trouve à plus de 3300 km au sud-est de Madagascar, et n’a que tardivement été découverte en 1772. Les îles australes abritent une des plus fortes concentrations d’oiseaux marins au monde : plus de 50 millions, dont les plus grandes populations de Manchots royaux et d’Albatros à bec jaune, sans oublier une concentration exceptionnelle d’éléphants de mer et d’otaries. Au cœur de mers dont la richesse a longtemps assuré l’alimentation de ces innombrables oiseaux et mammifères marins, les Terres australes françaises ont rapidement été prises d’assaut par des hommes venus pour tenter d’y développer l’agriculture, exploiter d’exceptionnels stocks de langoustes et de vastes ressources piscicoles, ou y massacrer les baleines, otaries et manchots pour leur graisse. Avec en plus l’introduction de diverses espèces envahissantes, ces îles ont rapidement passé du stade de fabuleux sanctuaires naturels à une situation frôlant la catastrophe écologique.

Bien après que le carnage a cessé en 1922 pour les otaries, puis en 1956 pour les baleines, les Terres australes françaises (inhabitées à l’exception d’une petite base militaire et scientifique sur chaque île) ont finalement été classées en 2006 comme réserve naturelle nationale. Dès lors, toute une série de projets de réhabilitation y a été entreprise et continue jusqu’à ce jour. En 2018, la France a proposé qu’elles soient classées au Patrimoine mondial naturel de l’UNESCO, désignation la plus haute pour une aire protégée. Or avec tout leur passé ensanglanté, ces îles remplissent-elles aujourd’hui tous les critères pour figurer sur la prestigieuse liste de l’UNESCO ? La conférencière a passé un mois sur le navire océanographique et ravitailleur Marion Dufresne à visiter ces îles subantarctiques accessibles uniquement par bateau. Elle témoignera des efforts entrepris pour la gestion durable de ces territoires, notamment la lutte contre diverses espèces envahissantes, lors d’une présentation illustrée sur ces trésors du grand sud.

SCHEDULE_TEXT_POSTED_BY Bertrand Posse
 
samedi 30 novembre 2019
Le lac de Morat à la Pointe de Greng FR

Fin novembre est une période idéale pour visiter cette petite réserve naturelle. Ce sera l’occasion pour les plus débutants de se familiariser avec des oiseaux communs comme des fringilles ou des canards hivernants. Ce sera aussi probablement l’occasion d’observer quelques espèces moins communes tels que l’un ou l’autre fuligule, une voire plusieurs espèces d’oies et même, avec un peu de chance, un plongeon.

Rendez-vous: à la gare de Faoug à 8h40, fin en début d’après-midi, possibilité de prolonger la sortie sur les rives du lac de Morat suivant les conditions météorologiques et la motivation du moment.

Matériel: habits adaptés aux conditions météorologiques, jumelles, télescope si possible, en-cas.

Informations et inscriptions: Gilles Hauser, gilles.hauser@gmail.com, 078 799 90 17.

SCHEDULE_TEXT_POSTED_BY Bertrand Posse
 
mercredi 4 décembre 2019
Cohabiter avec des ours en Scandinavie

Conférence au Cercle ornithologique de Fribourg, par Luc Legrand, à 20 h 15 à Marly, au Restaurant de la Gérine, route de la Gruyère 18.

En Europe, l’Ours brun fait son grand retour. Un succès pour la conservation de ce carnivore si emblématique. On comprend cette espèce de mieux en mieux malgré les nombreuses questions qui se posent encore. En Scandinavie, les Ours bruns ont presque été chassés jusqu’aux derniers. Aujourd’hui, la population se remet de cette persécution. De 130 ours en 1930, la population est passée à plus de 2700 individus. Se promener dans les bois pendant que l’ours y est ? Oui ! Et les Scandinaves aiment bien être dans la nature. Ceci est l’histoire d’une cohabitation entre l’Homme et l’Ours brun, une situation qui pourrait devenir une réalité pour de multiples pays d’Europe, dont la Suisse.

SCHEDULE_TEXT_POSTED_BY Bertrand Posse
 
samedi 14 décembre 2019
Les Grangettes VD

La réserve des Grangettes est connue pour accueillir chaque hiver de nombreux oiseaux aquatiques. Nous aurons l'occasion d'y observer plusieurs espèces de canards et de fuligules, et, avec un peu de chance, le Butor étoilé qui hiverne dans les roselières. Nous commencerons les observations à Villeneuve, puis nous nous rendrons à l'embouchure du Grand Canal.

Rendez-vous : à 9h à la gare de Villeneuve. Fin de la sortie prévue en milieu d'après-midi.

Matériel :jumelles, télescope si possible, habits chauds et un pique-nique.

Informations et inscriptions :Julia Wildi, juliawildi@bluewin.ch,079 385 09 49.

SCHEDULE_TEXT_POSTED_BY Bertrand Posse
 
mercredi 8 janvier 2020
A la découverte des papillons de jour de Suisse

Conférence au Cercle ornithologique de Fribourg, par Michel Baudraz, à 20 h 15 à Marly, au Restaurant de la Gérine, route de la Gruyère 18.

Les papillons de jour sont d’excellents indicateurs de la biodiversité des milieux naturels. Ce sont des insectes attractifs par leur coloration souvent vive, relativement faciles à observer et à identifier, et qui bénéficient d’un capital de sympathie auprès du public. Les connaissances sur leur distribution et leur écologie ne sont pas suffisantes en Suisse. Plus de la moitié de la surface de Suisse ne contient par exemple aucune observation de papillon. Le Canton de Fribourg est l’un des cantons avec le plus de lacunes. Cette conférence a pour objectif de vous donner tous les trucs et astuces pour devenir rapidement un excellent connaisseur de ce groupe et partir vous-même à la découverte des 216 espèces de Suisse. La conférence s’attardera également sur l’une de leurs particularités les plus spectaculaires : la migration.

SCHEDULE_TEXT_POSTED_BY Bertrand Posse
 
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2019